Techniques et marchés des emballages et étiquettes imprimés

Mitsubishi commente la directive sur les plastiques à usage unique

Législation

S’abonner à Pack & Label Around

Mitsubishi HiTec Paper produit des papiers barrières recyclables avec des revêtements à base d'eau pour les emballages alimentaires et non alimentaires sous la marque barricote. L'entreprise estime que la directive européenne sur les plastiques à usage unique crée  une grande incertitude pour ce matériau d'emballage innovant et durable.

L'intention des lignes directrices publiées fin mai 2021 était de clarifier l'interprétation des termes utilisés dans la directive. Malheureusement, c'est le contraire qui se produit, car les définitions conceptuelles des lignes directrices ont créé une grande incertitude dans la production et la transformation du papier. En particulier, cela concerne les déclarations sur ce qu'il faut entendre par « composant principal de structure » ​​et par « revêtement en plastique ». Il est vrai que le règlement et la directive soulignent le fait que le papier peut fonctionner comme une alternative durable aux articles en plastique à usage unique. En même temps, cependant, il est indiqué : « Si, toutefois, un revêtement plastique […] est appliqué à la surface d'un matériau en papier ou en carton ou un autre matériau afin d'offrir une protection contre l'eau ou la graisse, le produit est considéré comme un article composite, […] et [entre] […] dans le champ d'application de la directive ».

Dans ce contexte, Mitsubishi souligne que l'application de dispersions aqueuses sur la surface du papier utilisées pour la production des papiers barrières barricotes ne peut pas être assimilée à un « revêtement plastique » - comme on l'appelle dans les directives. Aucune couche plastique séparée n'est produite, mais les matériaux naturels et synthétiques protègent sélectivement le papier sous-jacent contre les influences extérieures, sans créer de couche plastique structurante ou séparable.

Ces définitions contradictoires et ambiguës des termes conduisent à une grande incertitude dans la conception future des produits. Dans le secteur de l'emballage, cela empêche le développement de matériaux biogéniques et à base de papier innovants qui sont développés dans le but d'obtenir la meilleure recyclabilité et biodégradabilité possibles.

Et Mitsubishi de conclure : « Nous soutenons donc les demandes de la PTS (Papiertechnische Stiftung) et de l'association Die PapierIndustrie aux organes législatifs pour clarifier l'interprétation de la directive et des lois dans l'intérêt des entreprises qui y sont soumises, et d'exclure expressément les papiers avec des revêtements à base de dispersion du champ d'application de la directive.