Techniques et marchés des emballages et étiquettes imprimés

Emballages souples

L'hélio en Europe : les derniers chiffres !

La France reste le 3ème acteur européen en hélio packaging

S’abonner à Pack & Label Around

L’Association européenne d’héliogravure (ERA) fait feu de tout bois : nouveau site internet, plus vivant, et surtout, des chiffres actualisés sur les sites équipés et les parcs machines.

Le délégué général, James Siever, vient également de publier une vidéo très intéressante sur les tendances actuelles dans l’hélio édition, décor et emballage. S’agissant de l’édition, il reste aujourd’hui 101 machines en activité, la France se situant en 3ème position derrière l’Allemagne et l’Italie (il y avait 125 presses hélio édition en 2015).

 

Dans l’emballage, l’hélio conserve 50 % du marché du souple à égalité avec la flexo. Toujours selon l’ERA, l’hélio européenne consomme 600 000 cylindres, contre 830 000 en Asie. Si le coût du cylindre reste supérieur en Amérique du Nord (indice 200), il serait d’un indice 100 en Europe et de 50 en Asie du sud-est (Vietnam, Indonésie, Philippines et Malaisie). En France, 37 sites utilisent un total de 88 presses hélio (3ème acteur européen). L’Allemagne reste en tête avec 52 sites pour 143 presses hélio devant l’Italie. Toujours selon l’association, les principaux constructeurs de presses hélio ont affiché des records de ventes de machines ces dernières années en jouant sur la compacité et l’automaticité.

Reste l’activité décor. En France, seuls 4 sites sont en activité, pour un total de 8 presses. L’Allemagne est leader avec 25 sites pour 118 presses. Ce secteur reste l’apanage de grandes entreprises qui fournissent de nombreux secteurs : industrie, bâtiment, décoration intérieure etc. Mais des entreprises plus modestes s’attaquent désormais à ces marchés en s’équipant de presses numériques pour répondre aux demandes de plus petites séries.

L’ERA a enfin rappelé que le trioxyde de Chrome reste autorisé par l’Union européenne en l’absence de substitut, mais avec une période d’observation de sept ans.

On peut se réjouir de ce que l’association a exclu de ses principales statistiques la Turquie qui, comme chacun le sait, n’est pas européenne…