Techniques et marchés des emballages et étiquettes imprimés

Evénements

CFIA 2021, un brin d’allégresse mais…

S’abonner à Pack & Label Around

Si certains visiteurs ont dû passé par la case « test PCR », la gestion des entrées par le passe-sanitaire a semble-t-il fait ses preuves pour cette première journée du Carrefour des fournisseurs des industries agro-alimentaire à Rennes, salon qui a été deux fois repoussé avec le covid. Dans les allées, l’ambiance était au beau fixe entre retrouvailles et opportunités d’affaires. Les réalisations présentées par les fabricants d’étiquettes et d’emballages souples reflètent plus que jamais la recherche de matériaux verts et renouvelables, ce qui répond aux nouvelles pressions de la Loi Agec (décret 3R publié début mai) et à la volonté du gouvernement d’atteindre 100 % de plastique recyclé d’ici 2025. Pour ne citer que quelques exemples (à lire notre prochain compte rendu dans Pack & Label Around), la plupart des fabricants d’emballages souples disposent désormais de références de complexes monomatières polyéthylène et sur leurs stands, de nombreux complexes films+papiers étaient aussi mis en avant. Les emballages de Pet food traversent une profonde mutation, les emballages complexes papiers imprimés avec des décors à minima prenant le pas sur les superbes emballages laminés imprimés HD flexo, qui raflaient encore des prix il y a deux ou trois ans dans les associations techniques.

 

Mais les fabricants restent sur leur faim. Les nouvelles créations d’emballages se font rare ou sont reportées par les grandes marques car toute la chaîne de conception est suspendue aux arbitrages que doit prendre l’éco-organisme Citeo, notamment sur les critères de recyclabilité. « Les marques refusent d’engager des investissements financiers sur des créations de packs si ces emballages risquent d’être interdits par la suite ». Toute la chaîne de la conception à la fabrication est pénalisée.

Publicité